L'INTERVIEW DU LUNDI - Antoine Mai, le roi de l'impression 3D à Boulogne !

On entend de plus en plus parler du concept d’imprimante 3D. L’avantage de l’imprimante 3D, c’est la possibilité de produire soi-même des pièces dont on a besoin. Pour réparer ou changer une partie défectueuse d’un de nos produits par exemple. D'ici quelques années, chaque foyer possédera sont imprimante 3D !

 

Antoine Mai est le roi de l'impression 3D à Boulogne-Sur-Mer. Ce Vietnamien arrivé en France à la fin des années 80 est aujourd'hui un professionnel de renommé dans notre agglomération. Il a ouvert il y a peu son atelier d'impressions 3D au coeur du Passage Siblequin dans le centre ville de Boulogne. 

 

D'où lui est venue cette passion ? Antoine Mai en parle dans l'Interview du Lundi sur BoulogneLifeStyle.com

 

Peux-tu te présenter ?

Bonjour Criss , tout d'abord merci beaucoup pour ton attention auprès des imprimantes 3D au sein de la communauté de Boulogne Sur Mer. Je suis Antoine Mai et je suis né au Viet Nam sous le prénom de Lé Vi Ngu, mon prénom a été francisé lors de ma naturalisation à la fin des années 80 pour faciliter mon intégration car il est difficile à prononcer dans la langue de molière voir phonétiquement impossible pour beaucoup (rires).


Quel est ton parcours ?

Ce fut un surprenant et bon résultat à la dissertation de philosophie lors de l’épreuve du Baccalauréat Général qui décida de mon sort sur une question artistique. Ce choix m'a amené ensuite vers de longues années d'études plus ou moins compliquées dans les grandes écoles d'Arts Plastiques, Graphiques et de Design connues de la région. J'ai aussi eu le choix de poursuivre jusqu'en école d'architecture mais j'y ai renoncé car je ne voulais plus continuer à faire l'aller retour toutes les semaines entre la métropole Lilloise et Boulogne pour ainsi aider le commerce familiale.

Ensuite j'ai collaboré avec quelques professionnels du textile et autres designers d’intérieur par quelques travaux graphiques, de dessins techniques ou d'infographie mais toujours en 2D. Puis un jour, quelqu'un m'a contacté pour faire de l'impression 3D ... Ça a été un choc à la découverte de ce progrès créatif et un échec pour la rencontre humaine. 

On ne s'était pas du tout entendu sur les modes de création en provenance du choix des logiciels 3D  et des techniques utilisées pour l’impression 3D, en bref on ne parlait pas le même langage, pourquoi parler de conception alors qu'en face on ne te parle que de business sans même savoir percer un cube dans un espace virtuel et tridimensionnel. 

Suite à ce mauvais épisode j'avais rangé cette idée dans un petit coin de ma tête puis le mouvement des Makers m'a vite rattrapé ... Ça a été le début de l'aventure avec mes amis bricoleurs les plus chevronnés. On s'est vite senti concerné par le modèle des Fablabs Africains, notamment celui du Woélab qui utilisait déjà le logiciel Sketch Up pour le dessin 3D et avait réussi à concevoir leurs propres imprimantes 3D : la Wafat faite de pièces de récupérations tout en restant basée sur la première machine Open Source qui n'est autre que la Prusa Mendel. Du coup je me suis mis en relation avec tout les fablabs de la région puis en rencontrant toute l'équipe du C-Napse de l'Association Développement Social Urbain, nous avons eu le super projet d'installer deux Ultimaker Original que j'ai montée pour que les gens puissent venir y apprendre à imprimer et y fabriquer ce qu'ils veulent. Entre temps, j'ai été sollicité pour la création des maquettes 3D des églises de Montreuil sur mer pour l'exposition de Clovis Normand et de la Paroisse Saint Jean de Wimereux en l'honneur des 150 ans de l'édifice, tout cela en très peu de temps à chaque fois. 

Je tenais donc à remercier tout mes proches pour m'avoir aidé à traverser ces moments difficiles car cela m'a rendu crédible dans mon domaine de prédilection. Grâce à eux, aujourd'hui je me présente en tant que professionnel disponible auprès des pros et particuliers avec l'arrivée de mon atelier et petit magasin situé dans le Passage Siblequin en centre ville à Boulogne Sur Mer. J'y représente des grandes marques issues de l'impression 3d telle que Zortrax , Dagoma , Arianeplast etc.. en tant que revendeur et conseiller technique pour mes partenaires commerciaux .

 

Suite à cette découverte des impressions 3D, tu t'y es donc intéressé de très près et cela est donc vite devenue une passion. Qu'est-ce qui te passionnes dans cette activité ?


Beaucoup de domaines, le montage et la réparation d'une machine me rappellent toujours mes longues heures d'enfant à bricoler une pièce de " Meccano " pour la voir fonctionner à l'arrivée. Le jeu des couleurs, des pigments et des matériaux me réfère à mon temps passé à peindre des natures mortes et autres modèles vivants ou à faire des graffitis par exemple. 

Je suis un grand fan de science fiction, en particulier des robots et l'imprimante 3d en est un, En gros dans ce travail, vous allez devoir vous entendre et faire équipe ensemble pour réaliser quelque chose de solide et réel qui n'a pas encore d'existence ni de vraie raison d'être dans notre monde. Grâce à votre volonté et vos envies les résultats seront parfois magique !

L'INTERVIEW DU LUNDI - Antoine Mai, le roi de l'impression 3D à Boulogne !

Peux-tu nous parler de ton magasin installé dans le Passage Siblequin ?

Les travaux d'installation de l'atelier 3D et du petit magasin se terminent petit à petit. Je me concentre sur les commandes en cours et en attentes, au suivi technique du matériel qui a été acheté chez moi. Je remercie également ma clientèle pour toute la confiance. J'ai souvent été appelé à intervenir pour des ateliers d'initiations et de démonstrations ces derniers temps pour des groupes de jeunes mais aussi pour le grand public.

Une impression peut prendre une journée entière ! Quelle est celle que l'on te demande la plus ?

Ça dépend , il y a eu le succès des bouledogues français, des manekis nekos, des pokémons etc ..plusieurs  séries de portes clefs pour les 150 ans de l’Église de Wimereux ont aussi été réalisées. Il y a eu une période des grandes maquettes d’Églises aussi.  Dans l'atelier, on peut y voir le prototype de la Puzzle Chair qui est une chaise faite de puzzle imprimés par mes machines. J'ai aussi monté un meuble en bois dont les jonctions ont été réalisées grâce aux imprimantes comme quoi il est possible de mélanger les matériaux. Tout ces fichiers on peut les trouver gratuitement et ils sont disponibles sur le net. En ce moment j'affine mes réglages pour un nombre de demande en lithographie.

 

Donnes-tu des cours en parallèle ?


Oui j'en donne aux collectivités et aussi à ma clientèle de passionnés que ça soit en maintenance, pilotage de machines et d'utilisations de logiciels 3D.

 

Comment vois tu l'évolution de l'impression 3D dans les années futures ?


J’espère voir plus de passionnés et de vocation apparaître dans ce nouveau domaine, monsieur et madame tout le monde auront le droit de faire apparaître la Venus de Milo dans le coin du salon et d'avoir accès à une œuvre d'art de chez soi par exemple. Mais il reste encore beaucoup de chemin avant que tout le monde y trouve une utilité .


Que peux-ton te souhaiter pour la suite ?


Faire et apprendre aux autres à faire de beaux " Print " et que les imprimantes 3d ne s’éteignent jamais en cours d'impression ...

Retour à l'accueil