Rencontre avec Manuel Paque, un jeune metteur en scène qui vient d'organiser le premier festival culturel de l'ULCO Boulogne

En ce lundi de Pâques, "L'interview du Lundi" ne fait pas férié. Aujourd'hui, je vous propose de partir à la rencontre de Manuel Paque, un jeune boulonnais de 23 ans qui vient de réussir à organiser le premier festival culturel au sein de l'université. Près de 1.000 spectateurs sont venus assister à une représentation tous les soirs la semaine dernière.Un véritable succès. Quel est son parcours ? Le bilan de son festival ? Entretien. 

 

Peux-tu te présenter ?

 

Manuel Paque, 23 ans, intermittent du spectacle et fondateur de la compagnie Atome Théâtre (anciennement Les Tarépeuthes). Après une licence de Droit pendant laquelle je réalise mes premières créations en théâtre, je bifurque sur un Master en direction de projets et d'établissements culturels. Je mesure environ 1m86, je pèse 72 kilos, et je suis de sexe masculin (au cas où un doute quelconque subsisterait).

 


Quel est ton métier précisemment ?


Mon métier... Difficile à décrire ! J'ai la chance d'exercer plusieurs métiers à la fois : metteur en scène, comédien, auteur, prof de théâtre, ou encore administrateur de production. Bon, ma principale activité reste la mise en scène, la création de spectacles... mais autour de ça, il y a plein d'autres aspects à gérer, tous aussi enrichissants les uns que les autres. Bien souvent, les metteurs en scène (et les artistes en général) fuient le côté administratif du truc. Personnellement, et paradoxalement, ça me permet de me vider la tête : plancher sur du concret m'aide à prendre du recul sur la partie artistique de mon boulot...
 

Devenir metteur en scène, est-ce un rêve de gosse ?


C'est plutôt un accident de parcours ! Tout gamin, j'aimais bien écrire... et on déconnait souvent en impro face caméra avec mon ami Yannick Colin. Bon, c'était du n'importe quoi, mais c'était peut-être les prémices de ce qui arrive aujourd'hui. Après des années d'ateliers au Rollmops Théâtre, j'écris une première pièce. Puis je me lance dans une licence de droit tandis que la compagnie, à l'époque amateur, se développe. A l'issue de cette licence, les projets que j'avais initiés demandant de plus en plus d'investissement, il m'a fallu faire un choix entre le droit et le théâtre... bon, bah même si le droit, c'est très intéressant, le choix a été vite fait !

 


Un bilan sur ton festival "L'Atome Festival" ?


Pleinement satisfait... avec un budget ridicule (mais alors vraiment), l'énergie que le festival a généré en axant sur le "local" est phénoménale. Le public a répondu présent et a prouvé qu'il existe une véritable demande pour découvrir les artistes locaux qu'on oublie parfois de programmer... Nous avons affiché complet presque tous les soirs et comptabilisé pas loin de 1000 entrées sur la semaine, fidélisé le public boulonnais à SES artistes, et créé un espace de rencontre entre créatifs locaux qui ne se connaissaient pas forcément, d'où la naissance de nouveaux embryons de projets... l'objectif affiché au lancement du festival est rempli : rappeler à tous que culture et territoire sont inséparables et que l'art local n'est pas un art low cost.

Y'aura t-il une deuxième édition ?


Heu... on finit de faire les comptes et on vous dit si c'est possible ou pas !

Qu'a tu envies de dire à celles et ceux qui ont peur de se lancer dans le théâtre ?


N'y allez pas, c'est un piège ! On n'en ressort jamais une fois lancé... surtout chez Atome, où on veut rendre la chose accessible à tous. Le théâtre, c'est un outil fabuleux pour se découvrir soi-même, pour tester et dépasser ses limites... et ça sert au quotidien, en prime ! Mais pour moi, au-delà de se lancer dans la pratique du théâtre, il faut  d'abord et avant tout que les gens deviennent public, qu'ils prennent conscience que le théâtre, au même titre que la musique, consiste en une multitude de propositions et d'esthétiques totalement différentes. On ne peut pas dire "je n'aime pas la musique" : il y a forcément un genre qui vous plaît. C'est exactement pareil avec le théâtre, et avec toutes les formes d'art, d'ailleurs. Le tout, c'est d'aller goûter un petit peu aux différentes propositions pour découvrir ce qu'on aime. C'est ce que j'ai essayé de faire avec Atome Festival : proposer au public de goûter à tout, du drame contemporain à l'humour en passant par le conte, la marionnette et le cabaret. Je terminerai en citant un message laissé par un spectateur dans le livre d'or du festival et qui, pour moi, est le signe que cet objectif bien particulier est atteint : "Merci de m'avoir fait découvrir ce que j'aime dans le théâtre."

 

______________________________

Manuel Paque jouera bientôt sa pièce Little Boy dans les écoles du Boulonnais. Suivez l'actualité de sa compagnie à cette adresse : https://www.facebook.com/AtomeTheatre/

Retour à l'accueil